L'impact de l'environnement de travail sur le bien-être des salariés

4 minutes
17 août 2021 11:00:00

L’environnement de travail a une influence évidente et directe sur le bien-être et l’état d’esprit des collaborateurs d’une société. Il regroupe une multitude d’éléments mais peut se résumer en une phrase : tout ce qui va affecter le ressenti du salarié à son poste de travail et dans l’entreprise en général. Une amélioration de ces conditions peut bénéficier à l’ensemble de l’organisation : ne négligez pas ce levier pour développer tout à la fois votre chiffre d’affaires et votre image. Un enjeu majeur émerge en la matière : l’adaptation du travail au changement climatique. Des solutions simples existent, comme nous allons le voir.

Warehouse worker taking package in the shelf in a large warehouse in a large warehouse

L'impact de l'environnement de travail sur la productivité

Agir sur l’environnement de travail des salariés, devient un axe d’amélioration majeur pour optimiser la productivité au sein de l’entreprise. Une étude du CSA menée en 2015, affirmait que 64% des employés pensaient que leurs bureaux n’étaient pas propices à une efficacité maximale. Il est aujourd’hui bien compris par la majorité, qu’un bien-être amélioré conduit à une productivité supérieure.

Il s’agit avant tout d’une question d’engagement : un salarié sera d’autant plus motivé s’il sent ou constate que la structure veille à son bien-être et fait tout pour lui offrir des conditions de travail agréables. On peut penser ici aux aménagements qui ne sont pas liés directement à l’exercice des fonctions : espaces de pause, activités sportives ou de loisir en entreprise, implantation dans des lieux plus agréables (présence de verdure, parking facile, etc.) ou encore aménagement des locaux (plantes, mobilier design, etc.).

Mais bien entendu, certains éléments de l’environnement de travail jouent directement sur la productivité : une meilleure ergonomie du poste de travail évitera une fatigue quelconque du salarié, lui permettant de produire plus, plus longtemps.

De même, les conditions d’aération, de luminosité et de température régnant à l’intérieur de son espace de travail joueront logiquement sur l’énergie qu’il sera capable de déployer.

 

Lire notre guide sur le Cool Roof

 

La chaleur en été : baisse de 20 % de la productivité des employés

Une problématique contemporaine impactant fortement l’environnement de travail, est la chaleur croissante ressentie dans les locaux en été. La température idéale pour travailler se situe entre 20 et 25 degrés : elle se trouve de plus en plus souvent dépassée sur des périodes d’une longueur croissante. Le réchauffement climatique n’est plus un secret pour personne, et une réponse rapide et forte est nécessaire afin de limiter son impact sur la productivité en entreprise.

S’il n’est pas évident de définir précisément la perte globale engendrée, on estime de 20 à 30% la perte de productivité en période de canicule. Le niveau de distraction augmenterait également, sans compter les efforts menés pour préserver le confort : allers-retours fréquents aux points d’eau ou à l’extérieur par exemple.

L’environnement de travail inconfortable a également un impact négatif sur le moral des travailleurs et risque de conduire à un nombre croissant d’arrêts de travail pour des motifs divers dont la dépression, lorsqu’il ne s’agit pas de la survenue de malaises. Un turn-over important attend également une entreprise qui n’agit pas dans le bon sens.

 

Warehouse worker talking on the phone holding clipboard in a large warehouse

 

Gardez la fraîcheur dans vos locaux sans installer de climatisation

Si conserver une température correcte au sein des locaux professionnels devient une obligation, encore faut-il savoir comment s’y prendre. Voici 4 gestes à adopter.

Empêchez la chaleur d’entrer

Le premier bon réflexe consiste à obstruer les principaux points d’entrée de la chaleur solaire : les fenêtres, portes et baies vitrées. Des rideaux et persiennes baissés aux heures chaudes de la journée permettront déjà de conserver un minimum de fraîcheur.

Garder une luminosité naturelle reste toutefois un élément de bien-être important, aussi et si possible, optez pour des stores-bannes permettant d’ombrager l’accès tout en conservant la lumière du jour.

Aérez au bon moment

Une chaleur durable finira par s’infiltrer dans le bâtiment et vous devrez faire votre possible pour l’évacuer. Aérer est une bonne idée, à partir du moment où la température extérieure est inférieure à celle régnant à l’intérieur.

Le plus efficace est d’ouvrir les fenêtres en grand, tôt le matin et tard le soir. En l’absence de risque d’intempérie – et si le périmètre est suffisamment sécurisé bien sûr – garder ouvert toute la nuit peut accentuer l’accumulation de fraîcheur dans les locaux.

 

Découvrez comment Covalba contribue au bien-être des salariés grâce à une  résine réflective pour toiture

 

Installez des plantes

L’avantage des plantes vertes est qu’elles relâchent la nuit l’humidité emmagasinée durant le jour. Selon le même principe que la rosée du matin qui rafraîchit le jardin, elles permettront aux locaux professionnels d’être plus frais et accueillants le matin, sans compter le bien-être psychologique induit par ce bout de nature dans les locaux.

Isolez par le toit

Les fenêtres ne constituent pas le seul élément à protéger en été. Le rayonnement solaire, source de la chaleur emmagasinée dans les bâtiments, affecte fortement le toit lorsqu’il s’agit d’entrepôts ou autres structures de grandes tailles. Dès lors, conforter l’isolation de la toiture permet de limiter le mal et donc le besoin de rafraîchir ensuite par des moyens parfois contre-productifs comme la climatisation.

Pour éviter d’engendrer des coûts faramineux et une consommation irraisonnée de matériaux, il est possible de faire appel à un procédé simple : le cool roofing. En développement partout dans le monde, cette technique consiste à repeindre l’ensemble du toit, à l’aide d’une résine spéciale dispensant plusieurs effets bénéfiques :

  • le renvoi de la majeure partie du rayonnement solaire grâce à sa couleur blanche,
  • l’isolation à la fois thermique et mécanique du toit ainsi protégé des intempéries,
  • la prolongation d’une dizaine d’années de la durée de vie de la toiture.

Le gain est sans appel : 7 degrés de moins à l’intérieur des bâtiments en période de canicule. Avec en sus la possibilité de se passer de climatisation, ou du moins de la sous-dimensionner pour la rendre moins coûteuse à l’usage et à l’entretien.

Afin d’éviter une baisse saisonnière de la productivité, veillez donc à organiser agréablement les espaces de travail et encouragez les employés à s’hydrater fréquemment (en installant de nombreux points d’eau potable notamment). En agissant en amont de manière structurelle, les conditions de température ressenties en période de canicule pourront vous réserver une agréable surprise : voir vos collaborateurs se ruer vers votre entreprise le matin afin d’échapper à l’inconfort de la chaleur !

 

Guide : Le Cool roof est-il le futur de la rénovation ?